Le mal qui affecte ma jambe ne diminue pas. Une dame attentionnée à mon sort me procure des médicaments pour enrayer la douleur qui m’attaque sans répit. Ce sont des anti-inflammatoires et des antalgiques mais ces remèdes ne s’avèrent pas aussi efficaces que je l’aurais souhaité. La souffrance est bien réelle et perdure. Je fais tout de même quelques sorties en me berçant d’espoir pour une guérison rapide et persuadé que ce n’est pas si grave que cela. Le kiné devrait résoudre ce problème.

Je visite l’abbatiale qui est la merveille de ce bourg depuis le Moyen-Age et m’extasie devant des voûtes aériennes atteignant dix-neuf mètres au sommet du transept. Curieusement, ici les clochers sont à bulbes comme au Tyrol.

Dimanche 2 mai 1999 – 64ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :