Fascicule-découverte de Ars-sur-Moselle | Le Grand Sentier de FranceAu Moyen Âge, Ars-sur-Moselle était dénommée Arcus, ou encore Arx, en raison des vestiges romains de l’aqueduc de Gorze à Metz conservés sur le site. Une charte de 881 mentionne l’existence du village. Ce fut plus tard une mairie épiscopale du Val de Metz au bas Moyen Âge. Le village avait la plus grande surface de vignobles de Moselle. En 1325, lors de la Guerre des quatre seigneurs, les troupes du duc de Lorraine et du comte de Bar « vinrent en grand puissance au vaul de Mets (…) devant Airs sur Muzelle, où ilz trappont les vignes et brullont les paixelz des vignes ». Avec Ancy-sur-Moselle, Ars est à cette époque un des plus importants bourgs viticoles de cette partie de la vallée de la Moselle. Lors du siège de Metz de 1444, alors que les Écorcheurs « séjournent » dans le Pays Messin, plusieurs compagnons d’Ars n’hésitent pas à quitter les murs de Metz, où la population s’est réfugiée, pour aller reprendre des tonneaux de vin aux soudards.
La commune absorbe, entre 1790 et 1794, Manu.
En 1817, Ars, village de l’ancienne province des Trois-Évêchés sur la rive gauche de la Moselle et traversé par la Mance avait pour annexes le moulin de Mance et Lanoue. À cette époque il y avait 1203 habitants répartis dans 221 maisons.
Le village connut un essor industriel important au XIXe siècle, grâce à l’exploitation du fer. Bien situé sur la ligne de chemin de fer Metz-Nancy, le vieux bourg viticole se développe grâce au minerai oolithique. Ars-sur-Moselle a connu en fait trois sites de hauts-fourneaux. Vers 1848, les messins Mayer-Dupont et Dreyfus achètent à Ars-sur-Moselle l’usine inachevée de Saint-Benoît et construisent l’usine de Saint-Paul.

Série : Grand Est – Format : 14,8 x 21 cm – 36 pages – Réf. : LO14 – Prix : 8,70 € – [Consulter]Je commande le fascicule-découverte | Le Grand Sentier de France