Enfin, je peux me rendre chez le kiné tant attendu. Un homme brun, assez jeune, m’ouvre la porte et je lui explique la cause de mes tracas. Les symptômes qui me perturbent sont quasiment permanents. Il me propose d’effectuer un massage électrique d’une vingtaine de minutes malgré mon scepticisme sur l’obtention d’un résultat positif.

Mon incrédulité ne me quitte pas et lorsque la séance se termine, j’ai la conviction d’avoir gaspiller quatre-vingts francs. Cette tentative de soins ne se solde que par un léger retrait de la douleur. Celle-ci se rappelle à moi au cours de l’après-midi et la torture recommence, avec plus de violence qu’auparavant.

Lundi 3 mai 1999 – 65ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :