Je suis toujours bloqué à Chamonix lorsque Solange évoque la présence d’une chiropraticienne très connue exerçant aux Bossons. Elle a une excellente réputation et je n’ai plus rien à perdre à remettre mes espoirs au bon exercice de ses talents. Alors, nous nous rendons au pied du célèbre glacier alpin chez cette jolie dame qui, fée ou magicienne, se présente comme l’ultime recours à mes malheurs, une praticienne de la subluxation vertébrale, titulaire d’un doctorat obtenu aux Etats-Unis. A peine introduit dans son cabinet où je découvre tout un matériel étrange dont une table de manipulation multi-articulée qui permet de traiter les défaillances discales et bien d’autres problèmes osseux, elle me demande de me tenir bien droit devant elle. Son examen est rapide et le diagnostic tombe en réponse à bien des questions pour lesquelles je n’avais obtenu aucune réponse :

– « Ils ne vous ont pas dit à l’hôpital que vous avez le bassin déplacé… »

Eh bien ! Chapeau les services médicaux à la française. Radiographies, scanners et tutti quanti. Pourquoi une telle lacune, une telle inefficacité, un tel silence sur la pathologie qui m’affecte et me handicape si sévèrement !

– « Installez-vous sur la table ». Cet appareil complexe qui peut se transformer en siège est un ensemble technique très élaboré et s’adapte à tous les types d’intervention et de manipulations nécessaires à effectuer. Je suis allongé sur le ventre. Madame S… place deux cales de chaque côté de mon bassin puis elle exerce une brusque poussée sur mon dos. J’entends un craquement sec comme une planche sèche qui se brise mais aucune douleur n’est ressentie. En cinq minutes, tout est fini et je peux me relever, un peu ahuri. Pour compléter le traitement, l’experte doctoresse en profite pour me redresser la cheville gauche, légèrement déplacée par trop de marche sur la déclivité des pentes et les assises trop inclinées.

Je suis comme neuf. Je me sens d’un seul coup soulagé et le mieux être est immédiat. J’ai la certitude que tout va s’arranger. Les perspectives se présentent sous de meilleurs auspices. Ainsi, la mobilité du sacrum étant rétablie, toute chose qui forme un squelette retrouve sa place initiale pour une utilisation normale et un équilibre.

L’héritage de mes tribulations en montagne s’évanouit par la remise à leur place de mes deux sacro-iliaques bloqués. Un rendez-vous est pris pour une seconde séance. Elle doit parachever et consolider cette réparation particulièrement bienvenue.

Lundi 7 juin 1999 – 100ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :