William Traisnel sur le Grand Sentier de France - Tour de France à pied

Message de William du jeudi 14 février 2019, veille de son départ

———-

« Bonjour à tous, c’est le dernier message que j’écris depuis chez moi,

Je voulais juste vous faire un retour d’expérience sur mon entraînement et sur le matériel car j’ai changé quelques trucs et même abandonné d’autres pour le poids.

Alors en vrai quand je dis entraînement, ce que j’ai fait n’était pas fou. Je me suis seulement mis en condition et je suis parti de temps en temps quelques jours avec mon sac et tout ce que je comptais emmener pour le tour de France.
Ça m’a permis d’une part, de me rendre compte du « poids du sac » qui est pour moi vraiment la chose la plus importante après la sécurité.

Honnêtement, quand j’ai commencé à me préparer, j’ai fait beaucoup d’erreurs de débutant, et ça a même failli me dégoûter.

Je me souviens d’une fois particulièrement. J’étais parti 3 jours, malheureusement j’avais attrapé la grippe dès le début, j’étais KO et en plus mon sac pesait facile entre 22 et 24 kg. C’était vraiment ma pire expérience.
Je m’étais mis en tête que je devais absolument faire du bushcraft pour pouvoir me débrouiller seul, l’erreur !!!
J’avais emmené une hachette, une scie, un gros couteau, une pelle, une tente 2 places, alors que j’étais seul etc… en plus j’avais 4 litres d’eau (2 litres aujourd’hui).
Je m’étais ruiné les genoux, les pieds, enfin c’était vraiment quelque chose que je ne referai pas (jamais).

Aujourd’hui j’ai pris beaucoup de recul là dessus, et je me suis fait un sac qui pour moi est parfait (en tout cas avec le budget que j’avais).

La dernière fois, je vous ai fait un listing de mon matériel, après encore de multiples tests, j’ai changé certaines choses. Je vous tiens donc au courant pour aider ceux qui en ont besoin.

1) Les chaussures, j’ai eu des ennuis avec AU VIEUX CAMPEUR, du coup mes MEINDLE PERFEKT me sont passées sous le nez. Je me suis rabattu sur les SALOMON X ALP en tige haute, et très honnêtement, je préfère celle ci. Elles sont beaucoup plus légères et très confortables. Elles sont adaptées à la rando et l’alpinisme.

2) les chaussettes, j’en ai pris deux paires « spéciale randonnée » qui limitent les ampoules et une paire en laine mérinos assez épaisse pour dormir les pieds au chaud.

3) Les pantalons, de randonnées simples, en matière synthétique pour un séchage rapide.

4) Sur-pantalon de pluie, j’ai abandonné, j’ai pris des guêtre imperméable qui m’arrivent jusqu’en haut du mollet. C’est mieux, parce que du coup, c’est fait pour la pluie, la neige, la boue, et les cailloux dans les chaussures.

5) Sac à dos, c’est un volume de 50 L + 10 pour la poche supérieure. C’est un volume largement suffisant. Ne pas prendre plus parce qu’on est toujours tenté de prendre plus de matos et se casser le dos.

6) Les vêtements de rechange, j’applique le système des trois couches donc 2 tee-shirt synthétique, 1 pull synthétique, 1 doudoune, chaussettes, gants, bonnet, serviettes microfibre. Tout ceci est maintenu au sec dans une poche étanche de 15 L, de laquelle, je peux chasser l’air en la comprimant pour optimiser la place. J’ai abandonné l’imperméable, parce que j’ai ma doudoune en coupe vent, et mon poncho pour la pluie.

7) La poche à eau de 2 L, j’ai abandonné. C’est mieux de prendre 2 bouteilles d’un litre au cas ou elle se perce. Beaucoup plus pratique pour tout en général, je trouve. Après, ça chacun fait comme il veut.

8) La tente, finalement, je l’ai mise sous mon sac avec mon tapis. Par contre c’est la même, c’est le modèle Trek 900 ultra light de chez Décathlon. On peut y ranger son sac à l’abri, entre la partie chambre et la partie toit. Pareil, le tapis, c’est le même modèle Thermarest Z-lite de Décathlon. Il isole très bien du sol.

9) Popote, en inox dans laquelle est rangé mon réchaud PRIMUS avec adaptateur pour camping gaz (j’ai changé de réchaud pour plus léger), Couverts, j’ai pris une cuillère qui fait aussi fourchette.

10) La bouteille de gaz, Primus 230 gr. Il y a en a de plusieurs tailles, tout dépend de vos besoins.

11) Poncho de pluie ou cape de pluie, il recouvre l’entièreté de mon sac à dos quand je le porte.

12) 1 boite légère, de 300 ml (seulement 31 gr). Elle me sert à conserver mon repas et pour que rien ne coule dans mon sac.

13) Une boîte légère, d’un demi-litre réservée aux fruits secs.

14) L’oreiller gonflable, j’ai laissé tombé. Je prends mes vêtements propre comme oreiller.

15) Un sac à viande en soie.

16) Ma trousse de toilette, elle est hyper simple : brosse à dents, dentifrice, savon d’Alep et gant en microfibre. Et c’est tout. Pour tout le reste, genre coupe ongle, pince à épiler, j’ai un couteau Suisse hyper complet. Et sinon, je ne prend pas de déodorant.

17) Trousse de secours, c’est important qu’elle soit à portée de main, surtout les pansements à ampoules épais pour limiter les frottements (Je parle par expérience).

  • Papier toilette pareil, on n’est pas à l’abri d’une envie pressante.
  • Couverture de survie.
  • Un pare vent en aluminium (je l’ai scindé en deux pour n’en prendre que la moitié pour le poids).
  • Du sel, très important. On en perd beaucoup en transpirant. Je l’ai mis dans des récipients à épices légers, calés bien au fond d’une poche.
  • Filtre à eau marque Sawyer, inépuisable. Il me durera toute la vie. Il peut filtrer 376 000 litres d’eau d’après le fabricant, l’équivalent de 16 vies, rien que ça.
  • Petit kit de réparation composé de gros fil avec une grosse aiguille, de la colle faite pour le matériel de bivouac, une paire de lacets neuf pour mes chaussures et une corde en nylon ultra légère de 10 m seulement 20 gr.
  • Un pot de graisse pour cuire, pour l’entretien des chaussures avec une brosse à dents fichu pour l’étaler (très important si l’on veut qu’elles nous suivent longtemps).
  • Dans une des petites poches, je met ma pierre à feu seule comme ça, je sais toujours où elle est. Sinon je ne peux pas allumer le réchaud, dommage.

18) A l’extérieur, au dessus du sac, j’accroche mon panneau solaire avec des petits mousquetons.

19) Des sandales, pour s’aérer les pieds fixées sur l’extérieur du sac.

20) Dans un des filets extérieur, je met un petit seau flexible très léger de 10 L pour faire ma vaisselle et ma toilette ailleurs que dans les cours d’eau afin d’éviter de les polluer.

21) Ensuite mon sac de couchage, c’est un modèle qui va de -5 à 0 C°. J’en ai plusieurs chez moi, mais pour la période actuelle c’est le plus approprié.

22) Alors là vient la fin :

  • Une petite trousse, type écolier, dans laquelle j’ai mes câbles de chargement téléphone, batterie externe, un chargeur de piles USB pour recharger les piles de mon GPS Garmin, avec 4 piles rechargeables d’avance, et des écouteurs.
  • Le GPS, j’ai acheté la carte TOPO FRANCE V5 300 € pour éviter de me trimbaler des cartes papier, mais le prix fait mal au cul…
  • Lampe frontale rechargeable et Lampe dynamo.
  • Au niveau des téléphones, j’ai un petit Nokia 3310, nouvelle génération, pour son autonomie de plus d’une semaine, juste pour téléphoner et envoyer des SMS et un Iphone 6 Plus que je me sers en WIFI seulement et pour prendre des photos et autres.
  • Une batterie externe rechargée grâce aux panneaux solaires ou à une prise.
  • Encore une petite trousse dans laquelle je mets un crayon, un stylo, une boussole, une gomme, un petit taille-crayon et un tout petit carnet papier.
  • Un couteau suisse vraiment bien fourni.
  • Une pochette étanche de taille A4 dans laquelle je peux ranger cartes et papiers en tous genres.
  • Des bandes réfléchissantes pour la sécurité.
  • Et puis j’ai une Go Pro et du matos pour filmer. ça me rajoute 900 gr mais c’est pour la bonne cause.

Voilà, bon du coup tout ça fait quand même 17 kg (eau et nourriture compris). Après, sans de quoi filmer, je serais à 16 kg. C’est raisonnable pour faire le tour de France en autonomie…

Dans tous les cas, sachez qu’il y aura toujours de quoi améliorer son matos mais j’ai fait avec les moyens que j’avais.
Après, avec 1500 euros de plus, j’aurais peut-être pu acheter certaines choses moins lourdes et plus performantes
mais bon, on dit aussi que le mieux est l’ennemi du bien donc on en tire les conclusions que l’on veut, et ce que j’ai me va pour le moment.

A la prochaine… »

William

Message de William Traisnel avant son départ

2 avis sur « Message de William Traisnel avant son départ »

  • 18 février 2019 à 18 06 39 02392
    Permalien

    Super merci beaucoup pour toutes ces informations, et toutes mes prieres pour ton aventure ! Hate de lire la suite 🙂

    Répondre
    • 25 février 2019 à 13 01 27 02272
      Permalien

      Avec plaisir, merci

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :