Vous pourrez découvrir la presqu’île de Quiberon en randonnant sur le Grand Sentier de France.

La presqu'île de Quiberon - Morbihan - Tour de France à pied
Falaises de granite de la Côte sauvage et pénéplaine post-hercynienne de Quiberon, façade océanique battue par les tempêtes.

Digitation profondément marquée face à Belle-Île et l’océan, longue de huit kilomètres et large de deux, Quiberon, terre de granite, est « presque » une île, si ce n’est le fin et fragile ruban sableux, l’isthme de Penthièvre, qui la rattache à sa nature morbihannaise. Un simple regard sur la carte permet de constater que Houat, Hoëdic, le haut fond de la Calebasse et son Phare du Four dessinent un chapelet régulier qui mène jusqu’à la presqu’île du Croisic, suite de reliefs entourant une grande baie, le Morbraz (la grande mer) du sud de la Bretagne en aval du Golfe du Morbihan (la petite mer).

Basculement d’une île granitique

Quiberon est entièrement façonné dans des granites hercyniens mis en place, il y a un peu plus de 300 millions d’années, dans les tréfonds de cette grande chaîne de montagnes qui courait de la côte est des Etats-Unis à la Bohème.
Ces granites sont fortement déformés, ce qui leur confère un aspect feuilleté proche du gneiss. Le relief de l’île présente une dissymétrie très marquée entre ses deux façades littorales. L’île a basculé au Quaternaire, ce qui a eu pour conséquence de soulever la côte sauvage, à l’ouest, et d’abaisser la côte est, aujourd’hui très urbanisée.
Ce basculement, tourné vers le continent, est à mettre en relation avec les mouvements d’affaissement ayant affecté le Golfe du Morbihan.

Une pénéplaine hercynienne

Le long de la façade océanique de la côte sauvage, l’érosion marine sape les falaises et agrandit les diaclases en grottes et arches. La mer s’y engouffre et éclate en gerbes d’écume blanche. Une des particularités morphologiques du plateau de la côte sauvage réside dans sa surface très régulière, témoignage référent de la pénéplaine héritée de la dernière étape de la destruction de la chaîne hercynienne.
Ce plateau présente la particularité de supporter des dunes perchées et aujourd’hui séparées de leurs sources d’alimentation en sable, en particulier à la Pointe du Conguel, à l’extrémité de la presqu’île.

L’isthme de Penthièvre

Paysage emblématique de l’entrée dans Quiberon, l’isthme de Penthièvre – à observer depuis les hauteurs du fort – est un superbe tombolo, à savoir une flèche sableuse reliant une île au continent.

Isthme de Penthièvre - Morbihan - Tour de France à pied
Le tombolo de Penthièvre : flèche sableuse ténue et fragile qui relie l’île au continent.

Panorama saisissant que ce cordon littoral de largeur à peine suffisante pour accueillir la route, une voie ferrée et deux plages. Il résulte de la double activité de courants contradictoires, côté baie et côté océan. La tendance actuelle à l’élévation du niveau marin, qui favorise les phénomènes d’érosion littorale, fait de cette flèche étroite un pédoncule sableux très fragile, à la merci des éléments ; sa façade Ouest, en particulier, est en prise directe avec les assauts de l’océan.
Quiberon retrouverait sans doute rapidement son insularité si des ouvrages de protection ne venaient contrecarrer l’action de la houle et des courants.

Christophe GILBERTON

Source : Guide des curiosités géologiques de France – François Michel – Editions Belin

Quiberon : Côte sauvage et tombolo – Morbihan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :