Je suis bien vite adopté par les familiers qui fréquentent ce restaurant et je discute avec eux de mon entreprise, de mes déboires et de mon odyssée en montagne. Ils me confirment que les sommets sont assez dangereux à cette époque de l’année et me dissuadent de persister à vouloir maintenir l’itinéraire prévu.

Je dois me conformer à leur avis. Prendre trop de risques serait déraisonnable. J’ai maintenant tout le temps de consulter les cartes et d’étudier des solutions de rechange. Je déjeune en compagnie d’un jeune gendarme de la brigade. Il me confirme que la montagne, en ce moment, est assez dangereuse. La fonte du revêtement neigeux occasionne de nombreuses avalanches et chutes de pierres non prévisibles et multiplie les périls qui y sont associés dans tout le secteur.

Samedi 1er mai 1999 – 63ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :