Dès l’aube, je suis de retour chez Madame Sabourdy, la chiropraticienne. Elle demeure le seul espoir auquel je me rattache comme le naufragé à sa bouée. Son savoir-faire devrait opérer et me remettre sur pied. Elle me confirme que je suis de nouveau victime d’un décalage du bassin, moins important qu’avant mais tout aussi insoutenable.

En un tour de main, elle remet toute cette charpente osseuse dans sa bonne configuration et fait en somme qu’elle ne recommence plus à me titiller le squelette. Ma bienfaitrice m’assure et me rassure que tout est en place et ne devrait plus bouger désormais. J’espère que cette fois-ci, ma guérison fera partie de ces choses acquises, méritées et perpétuelles. J’ai quand même 52 jours de retard sur mon calendrier et ce n’est pas anodin !

Vue sur le massif du Mont-Blanc

Samedi 26 juin 1999 – 119ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :