Je suis de retour à Sallanches mais cette fois, à la polyclinique, dans le service angiologie, chez le docteur Cyrille M… Ce matin, ma cheville gauche a considérablement enflé et vire au bleu pâle. Le mollet est dur, traversé par la brûlure d’une épée rougie. Sigrid, qui m’a sauvé, s’inquiète et précise que ces symptômes inquiétants ne relèvent plus de sa compétence car elle soupçonne une phlébite. C’est pourquoi, avec appréhension, je consulte pour un examen d’urgence. L’écho-doppler confirme la redoutable affection avec ses conséquences malveillantes. Personne ne s’y attendait et moi, encore moins, pressé de repartir et estimant avoir perdu assez de temps. Je suis vraiment démoralisé. Tout ceci vient d’une trop longue immobilisation à l’hôpital. Je regrette de ne pas avoir eu recours tout de suite aux bons soins de la chiropraticienne et la sécurité sociale aurait réalisé de substantielles économies à reconnaître l’efficacité de cette branche de la médecine dont l’exercice nécessite 6000 heures d’étude sanctionnée par un doctorat.

Le rapport confirme la présence de plusieurs gros thrombi d’aspect récent, homogène, bien fixés au niveau d’une veine musculaire (diamètre : 6 mm), d’une jumelle interne (diamètre : 4 mm) et des deux tibiales postérieures (diamètre de 7 mm chacune). La conclusion détermine une thrombose veineuse profonde (TVP) surale gauche plurifocale liée à l’alitement prolongé.

Je suis catastrophé du verdict et la suite à donner spécifie un traitement anticoagulant à doses curatives (Fraxodi + Préviscan) + contention élastique pour une durée prévisible de 6 semaines, d’un contrôle échographique dans 8 ou 10 jours afin de juger de l’évolutivité du thrombus et un bilan de thrombophilie à réaliser un mois après l’arrêt du traitement. Une infirmière diplômée d’état doit effectuer à domicile plusieurs injections de Fraxodi entre 11 h et 12 h tant que le Préviscan n’est pas à doses efficaces.

Conclusion : Ce n’est pas demain que je vais m’élancer à l’assaut des Alpes qui m’encerclent et me gardent prisonnier dans cette vallée mythique de Chamonix où elles ferment mon horizon.

Vendredi 11 juin 1999 – 104ème jour [Serge Laurent]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :